Sports et loisirs Nature | Topos | Destinations | Thèmes | Hébergements et séjours
Stations de ski | Annuaire | Plein les yeux | Agenda 05 | Webcams | Comment venir | Boutique

  




 
Présentation | Règlementation | Conseils de Pro | Enfants | Se préparer | S'équiper | S'informer | Jargon | Portrait | Technique | Boutique Canyon | Topos

 


Techniques de canyoning


Vaste sujet, on pourrait y consacrer tout un site, aussi nous vous proposons quelques techniques (de base et élaborées), décrites plus en détail par ailleurs dans le film vidéo "CANYONISSIMO". Ces techniques ne s'improvisent pas le jour de la descente et nous vous conseillons de les apprendre auparavant (avec un professionnel ou un cadre fédéral) afin d'en acquérir une parfaite maîtrise. Certains canyons des Hautes Alpes tels que les Oules et Chichin (à Freyssinières) ou les Oulles du Diable (en Valgaudemar) ou le canyon de la Meije nécessitent de maîtriser les techniques les plus pointues décrites ici (niveau "expert").

Historiquement, les premières techniques employées en canyon ont été celles de la montagne - telles que le rappel classique et l'utilisation du descendeur en 8, les techniques d'amarrage (pitons, "spits"), les techniques d'escalade - et celles de la spéléologie - telles que l'utilisation d'une seule corde, la gestion des frottements -.
Mais très rapidement les spécificités de l'activité ont développé une technique plus adaptée qui s'appuie largement sur les techniques de corde de base de la montagne et de la spéléologie. Une des raisons principales de ces adaptations est la présence de l'eau sous forme de cascades ou de vasques mouvantes.
Il est remarquable de constater un retour de technique canyon vers la montagne ou la spéléologie (par exemple en matière de blocage de cordes sans faire de nœuds, de systèmes débrayables, de rapport à l'eau).

COMMENT INSTALLER UN RAPPEL :
Le rappel est la manœuvre de base du canyonisme. Il y a de nombreuses façons de poser un rappel : celles ci doivent être adaptées aux dangers potentiels du ressaut à franchir (passage sous cascade, arrivée dans l'eau, mouvements d'eau, frottements excessifs de la corde, etc.) et au niveau des participants. Pour l'énoncé des techniques qui suit, il est compris que l'on utilise des cordes dont la longueur est au moins le double de la hauteur du ressaut additionné parfois à la longueur d'une éventuelle vasque.

ADAPTER SA TECHNIQUE :
Pour un rappel sec sans risque de penduler sous cascade et avec arrivée sur le sol : installez un rappel classique avec blocage des brins en tête de rappel. Cela permet de faire descendre une personne sur un brin et de l'assurer sur l'autre (avec un 1/2 cabestan) ou si les frottements de la corde sur le rocher ne sont pas trop importants de faire descendre en même temps une personne sur chaque brin (gain de temps).
Pour un rappel sec sans risque de penduler sous cascade et avec arrivée dans l'eau (nage) : raccourcissez l'arrivée de la corde au-dessus du niveau de l'eau (pas de corde qui traîne dans l'eau) avec blocage des cordes en tête de rappel. Le dernier défait le montage et se fait tenir le bout des cordes légèrement tendues par les autres.
Pour un rappel sous cascade avec arrivée sur le sol : mettez en place un système débrayable sur le brin de la corde qui sert à descendre, l'autre brin étant soigneusement "enkité" dans un sac, de manière à ce que la corde se déroule sans problème en cas de débrayage. Le débrayage de la corde permet à une personne en difficulté pendue sur sa corde d'être descendue. Le dernier défait le montage, fait parvenir le sac avec l'autre brin de corde aux personnes déjà en bas, installe son descendeur sur le brin de descente, se fait prendre en charge en "moulinette" par une personne aidée d'une autre, défait sa longe et descend.
Pour un rappel sous cascade avec arrivée dans vasque avec mouvements d'eau suspects ou dangereux à éviter : mettez en place un système débrayable comme précédemment. Mettez en place une autre corde en téléphérique dont la tension du bas sera réalisée par un sac accroché, suffisamment délesté pour qu'il puisse être entraîné par le courant. Le sac ainsi mis en place doit rester accroché ou ne pas pouvoir remonter le courant lorsqu'on essaie de tirer d'en haut pour tester la fiabilité du système. Le premier descend en rappel sur le brin posé en débrayable avec la longe mousquetonée sur la corde de téléphérique. Il amarre la corde de téléphérique sur un amarrage fiable (si possible pas sur lui) et tout le groupe descend comme lui. Le dernier fait parvenir grâce au téléphérique l'autre brin du téléphérique, alors fixé lui aussi en bas, fait la même manœuvre que celle décrite dans le paragraphe précédent et descend longé sur le téléphérique.
NOTA : Les 2 dernières techniques énoncées sont du niveau "expert" une fois bien intégrées et réalisées plusieurs fois rapidement, sans problème de mise en place et sans mise en danger, dans des configurations de canyons différents.

 
LE BLOCAGE DES CORDES

On l'a vu au chapitre précédent, le blocage des brins de la corde apporte sécurité et efficacité. Un principe est généralement préconisé par les professionnels : ne pas faire ou alors le minimum, de nœuds qui seront en charge (après le passage de tout un groupe on se retrouve (presque) dans la situation de COLUCHE obligé de défaire les nœuds le reste de la semaine !).


BLOCAGE DES CORDES SIMPLE : le "SYSTEME GUIDE". Ce système très pratique et rapide permet de bloquer les brins sans faire de nœuds
Une fois la corde passée dans l'amarrage en position de rappel classique, positionner un descendeur muni de son mousqueton à vis en position de descente classique sur les 2 brins descendants et le mousquetoner l'amarrage. C'est prêt !
BLOCAGE DES CORDES AVEC REGLAGE DE LA HAUTEUR DU BOUT DES BRINS : "SYSTEME GUIDE" à réserve de corde.
Faites descendre les bouts des 2 brins jusqu'à la hauteur voulue (env. 50cm au-dessus de l'eau) après avoir fait passer l'un des 2 dans l'amarrage. Faire ensuite comme précédemment. Une réserve de corde se retrouve alors située entre le descendeur et l'amarrage : nouer par un nœud sérieusement confectionné afin d'avoir une continuité de tension entre ces 2 endroits et mettre le surplus de corde dans un sac accroché au relais. NOTA : ce système peut éventuellement se débrayer.


L'UTILISATION DU DESCENDEUR
Le descendeur en 8 est l'outil généralement utilisé, car très polyvalent. Evitez les descendeurs avec des ergots qui peuvent être dangereux car ils augmentent les risques d'accrochage (au relais, sous l'eau, etc.).

La position classique, si elle est encore largement utilisée, n'est plus que rarement conseillée par les spécialistes de l'activité. En effet, malgré des techniques qui diminuent ce risque, il est toujours à craindre des blocages sur corde par "tête d'alouette", ce nœud qui se fait sur le descendeur par frottement contre le rocher.
La position la plus sûre actuellement au vu du matériel disponible est celle dite rapide avec différentes variantes qui permettent d'adapter le confort et la sécurité de la descente en fonction des caractéristiques de glissement sur la corde. Cette technique est la plus sûre à condition de monter au niveau de la jonction descendeur/mousqueton à vis un élastique croisé solide (type joint torique diam 40mm) qui garde le descendeur positionné sur le mousqueton et le rend imperdable.
- sur corde double ou simple mais épaisse et rigide : passer la corde en rapide simple.
- Sur corde simple diam 9, 10mm souplesse normale (cas le plus courant) : passer la corde en rapide après avoir croisé celle ci.
- Sur corde simple fine ou sèche ou très souple ou neuve : passer la corde en rapide et repassez le brin libre dans le mousqueton à vis du descendeur.

INSTALLER UN DEBRAYABLE :
Plusieurs techniques existent, nous vous présentons la plus courante : LE 1/2 CABESTAN BLOQUE PAR NŒUD DE MULE.

- sur l'amarrage placer un large mousqueton à vis de forme ronde (type poire) ou 2, de manière à ce que le mousqueton le plus bas (qui recevra le 1/2 cabestan) soit perpendiculaire au rocher.
- Après avoir passé la corde de rappel dans l'amarrage et réglé la hauteur d'arrivée de la corde en bas, réaliser sur cette corde un 1/2 cabestan et le mousquetoner de manière à ce que la corde ne s'entortille pas autour du corps du mousqueton.
- Fermer la vis.
- Réaliser avec le brin mou descendant de l'amarrage un nœud de mule juste sous le 1/2 cabestan en laissant une longue ganse.
- Avec cette ganse faire un nœud d'arrêt sur la corde de descente.
- Le brin de réserve, qui doit avoir la longueur suffisante à la manœuvre éventuelle complète, doit être enkité (dans un sac accroché à l'amarrage) de manière à ce qu'il sorte du sac sans nœud.

LE TELEPHERIQUE :
Plus facile et rapide à mettre en place qu'il n'y paraît lorsque l'on a l'habitude de l'installer, il résout bien des problèmes pour les personnes impressionnées par la cascade ou la vasque réceptrice. Le principe est de tendre une corde, simple ou double, dont le trajet va s'écarter de la zone à éviter lors d'une descente en rappel. 2 cordes sont donc nécessaires : une de descente et une de téléphérique. Les amarrages, haut et bas, doivent être tous les 2 "béton". Le lien entre la personne qui descend et la corde de téléphérique est réalisé par l'une des longes mousquetonée dessus.

Henri VINCENS   

 
Présentation | Règlementation | Conseils de Pro | Enfants | Se préparer | S'équiper | S'informer | Jargon | Portrait | Technique | Boutique Canyon | Topos

 

Consultez nos autres guides pratiques...

ETE   HIVER
Randonnée Via Ferrata Ski alpin
VTT Voile / Funboard Ski de fond
Alpinisme Rafting Raquettes
Escalade Canoë Kayak Ski de rando
Canyoning Parachutisme Cascades de glace
Nage en eaux vives Parapente  Snowboard
Course d'orientation Pêche  
Spéléologie Randonnée animaux  

 
   
Copyright 2001-2013 - Alpesguide - Tél : 04 92 43 27 27 - info@alpes-guide.com