Sports et loisirs Nature | Topos | Destinations | Thèmes | Hébergements et séjours
Stations de ski | Annuaire | Plein les yeux | Agenda 05 | Webcams | Comment venir | Boutique

  




 
Présentation | Histoire | Règlementation | Enfants | S'équiper | Portrait | Technique | Boutique VTT | Topos

 


Technique en Vélo Tout Terrain


Faire du VTT, c'est réaliser un déplacement finalisé, à VTT, dans un milieu varié. Bien que comportant plusieurs facettes (cross-country, trial, descente, randonnée-orientation...), le VTT comporte au moins deux aspects communs à celles-ci :

Le choix du site de pratique et l'équipement du VTT doivent permettre de franchir la presque totalité du parcours sans pousser ni porter le VTT.
Pour prendre tout son sens, l'activité VTT doit placer le pratiquant dans un milieu naturel pas ou peu aménagé, posant de réels problèmes de choix de trajectoire et de conduite.

L'activité VTT est conçue comme une tâche de déplacement composée de trois phases :
1. Une phase de choix du trajet, qui exige une analyse du relief et des obstacles à éviter ou à utiliser, et de choix d'habiletés motrices et de braquet.
2. Une phase d'action proprement dite. Cette phase fait appel à des habiletés motrices spécifiques, qui gèrent les composantes propulsion, conduite, équilibre.
3. Une phase d'évaluation des résultats, nécessaire au vététiste pour sans cesse réajuster sa trajectoire et ses actions de pédalage et d'équilibration en fonction des réactions du vélo.

Les problèmes posés à un vététiste sont de quatre ordres :
1. Au niveau bio-informationnel, le problème est de percevoir à la fois l'espace situé "loin devant" afin d'anticiper son chemin, et l'espace proche pour choisir la trajectoire et les actions adaptées... tout en agissant.
2. Au niveau bio-mécanique, le problème repose : - d'une part sur le compromis entre vitesse et précision. - et d'autre part sur les compromis entre équilibre/direction et propulsion/adhérence.
3. Au niveau psychoaffectif et émotionnel, la contradiction est d'avoir des sensations - prendre de la vitesse par exemple - tout en restant maître de son VTT (gérer sa vitesse par maîtrise du freinage).
4. Au niveau bioénergétique, le problème est de choisir un braquet permettant de conserver une cadence optimale, et de répartir son effort en fonction du profil du terrain.

1ère ÉTAPE : LE VETETISTE SE DEPLACE A VITESSE MODEREE EN PRIVILEGIANT L'ÉQUILIBRE

LE BUT : Passer d'un déplacement à vélo sur terrain plat à un déplacement à vitesse modérée sur un terrain varié mais sans grande difficulté.

CONDITIONS DE RÉALISATION : Terrain peu accidenté, peu de dénivelé, des difficultés isolées telles que boue, flaque, léger dévers, petite butte, dépression...

COMMENT FAIRE :
Trajectoire :
Identifier les formes de relief qui contrarient la progression
Repérer le trajet le plus roulant
Regarder devant soi
Reconnaître et nommer les formes de relief rencontrées (descentes, montées, dévers...)
Dissocier le trajet de la roue avant et celui de la roue arrière ; pour tourner court prendre large avec la roue avant
Constater et comprendre les erreurs dues à la vitesse (trop ou pas assez) et à la trajectoire adoptée

Propulsion :
Utiliser le dérailleur arrière afin d'enrouler les difficultés avec un développement adapté

Equilibre :
Modifier la répartition du poids sur le VTT selon l'axe avant-arrière
Utiliser les cinq appuis possibles du corps sur le VTT
Se mettre debout, manivelles horizontales, dans les passages techniques et les descentes
En montée, s'avancer sur la selle et se placer près du guidon
En descente, se mettre debout sur les pédales, bassin placé en arrière de la selle

Freinage :
Contrôler sa vitesse par le freinage
Utiliser les deux freins sans jamais bloquer la roue avant · Freiner avec deux doigts (trois au maximum)

Matériel :
Connaître son matériel
Identifier les éléments essentiels du VTT
Remettre en place une chaîne déraillée Sécurité :
Assurer sa sécurité
Rouler en groupe et en sécurité
Ajuster et fermer l'attache de son casque
Choisir un VTT à sa taille et régler la hauteur de sa selle
Vérifier la fixation et le gonflage des roues
Vérifier le bon fonctionnement des freins
Respecter les distances de sécurité : adapter sa vitesse et sa trajectoire au sein du groupe
Appliquer les règles de priorité

2ème ÉTAPE : LE VETETISTE ROULE EN ADAPTANT SA VITESSE ET SA POSITION EN FONCTION DES DIFFICULTÉS

LE BUT : Passer d'un déplacement à faible vitesse sur un terrain varié mais sans grande difficulté à un déplacement continu en variant vitesse et position, sur un terrain où les difficultés s'enchaînent.

CONDITIONS DE RÉALISATION : Terrain accidenté avec dénivelé moyen ou occasionnellement fort. Les difficultés s'enchaînent sans se cumuler : buttes, trous, terrain glissant, pierriers, racines...

COMMENT FAIRE :
Trajectoire :
Identifier les obstacles qui perturbent l'équilibre et contrarient la progression
Repérer la trajectoire qui contrarie le moins la progression du VTT
Porter le regard loin vers l'avant ; ne le centrer sur la roue avant que dans les passages délicats
Observer les obstacles rencontrés (marche, pierrier, racine, souche, ornière...)
Déterminer sa trajectoire en terme de placement de la roue avant

Propulsion :
Mettre en relation braquet - développement - puissance à développer - et difficulté rencontrée
Anticiper son changement de développement avant d'affronter la difficulté
Utiliser les dérailleurs avant et arrière sans croiser la chaîne

Equilibre :
Varier sa position sur le VTT pour conserver une propulsion efficace (adhérence de la roue arrière)
Augmenter le volume d'évolution du corps sur le VTT (avant/arrière, droit/gauche, haut/bas)
En montée, malgré l'avancée du corps vers le guidon, maintenir un poids suffisant sur l'arrière afin de ne jamais patiner durant la propulsion
En virage, lever la pédale intérieure
Etre souple sur les jambes et les bras pour amortir les réactions et secousses du VTT : " laisser faire le VTT"
Cabrer la roue avant pour franchir un petit obstacle
Décentrer les épaules et le bassin de l'axe du VTT pour conserver l'équilibre à faible vitesse vers le surplace

Freinage :
Utiliser le frein avant comme frein de contrôle et le frein arrière comme frein d'urgence
Doser son freinage : 1/3 avant et 2/3 arrière

Matériel :
Entretenir son matériel
Préparer une "trousse crevaison"
Réparer une crevaison
Démonter, monter et recentrer une roue
Régler ses freins à l'aide des molettes Sécurité :
Assurer sa sécurité et celle des autres
S'arrêter dans une zone non dangereuse
Dégager rapidement la zone de circulation après une chute ou un arrêt
Prévenir les suivants d'un obstacle ou d'un problème

3ème ÉTAPE : LE VETETISTE CONSERVE SA VITESSE ET ENCHAÎNE LES DIFFICULTÉS EN ACCEPTANT DES DÉSÉQUILIBRES PASSAGERS

LE BUT : Passer d'un déplacement continu en variant vitesse et position, sur un terrain où les difficultés s'enchaînent, à un déplacement avec conservation de la vitesse sur un terrain où les difficultés s'enchaînent et se cumulent.

CONDITIONS DE RÉAILISATION : Terrain présentant un enchaînement de difficultés plus complexes : dévers glissant, virage serré en montée... Le dénivelé et les obstacles sont plus importants.

COMMENT FAIRE :
Trajectoire :
Analyser les différents trajets possibles et choisir en fonction d'un objectif donné (le plus rapide, le plus facile...)
Utiliser le relief et les obstacles favorisant la progression
Repérer la trajectoire la plus "fluide et économique"
Repérer et mémoriser la trajectoire idéale d'une zone (trial, descente, montée...)
En descente : utiliser au maximum la ligne de pente ; entrer large dans les virages pour ensuite serrer la corde
En montée : repérer les portions permettant de rouler en danseuse ou de rester en appui sur la selle ; élargir au maximum les virages et éviter la corde

Propulsion :
Evoluer à une vitesse optimale au franchissement de chaque difficulté
Enrouler les obstacles par flexion-extension
Utiliser différentes actions sur les appuis : délestage de la roue avant, allégement, avalement, saut, bunny-up...
Maintenir une fréquence de pédalage optimale
Après un passage technique, relancer au moment adapté

Equilibre :
Mettre en relation sa position sur le VTT avec la recherche d'une adhérence maximale
En virage, appuyer sur la pédale extérieure en position basse, en maintenant une certaine pression sur le guidon
Appuyer sur la pédale aval dans les dévers
Engager ses épaules dans les virages

Freinage :
Limiter les pertes de vitesse dues à des freinages inutiles
Déraper de la roue arrière sans perdre l'équilibre ni quitter la trajectoire recherchée

Matériel :
Réparer son matériel
Préparer une "trousse crevaison"
Réparer une crevaison
Démonter, monter et recentrer une roue
Régler ses freins à l'aide des molettes

Sécurité :
Assurer la sécurité d'un groupe
Préparer une trousse secours-réparation
Assurer les fonctions de leader ou de serre-file

ELEMENTS TECHNIQUES
...et quelques conseils pour les réaliser

REGARDER DEVANT SOI
Le vététiste débutant centre son regard sur la roue avant. Il n'y a pas d'anticipation. Il est en crise de temps quand il arrive sur la difficulté.
... S'il regarde plus loin :
Le vététiste est capable d'avoir une prise d'informations plus éloignée. Son regard est plus horizontal. Son équilibre est moins perturbé.

DISSOCIER LE TRAJET DE LA ROUE AVANT ET CELUI DE LA ROUE ARRIERE

Dans cette situation à vitesse lente, le vététiste slalome avec sa roue avant uniquement, autour d'un enchaînement d'obstacles.
Si la roue avant effectue le slalom en tournant autour des obstacles, la roue arrière quant à elle passe de l'autre coté de l'obstacle.
"Pour simplifier ou compliquer la situation, le vététiste peut jouer sur le rayon de courbure proposé par le slalom (distance et écartement latéral entre les obstacles). Le vététiste met en relation : sa vitesse, le rayon de courbure du virage et l'écart de distance entre le trajet de la roue avant et celui de la roue arrière".

POUR TOURNER COURT, PRENDRE LARGE AVEC LA ROUE AVANT
En tournant autour d'un arbre...
LE DÉBUTANT : Le vététiste débutant centré sur sa roue avant n'anticipe pas sur le contournement de l'arbre par sa roue arrière...
... conséquence : il le touche, il s'arrête Afin que sa roue arrière puisse contourner cet arbre, dès l'entrée du virage, il faut anticiper par un trajet très large avec sa roue avant.
... le vététiste a construit la dimension de son VTT.

ROULER SOUPLE
On entend par rouler souple, un élève qui ne fait pas appel à sa puissance pour franchir une difficulté. Il pédale sans forcer. Son pédalage n'est pas saccadé, il est continu.

SE METTRE DEBOUT, MANIVELLES HORIZONTALES, DANS LES PASSAGES TECHNIQUES ET LES DESCENTES

LE DÉBUTANT :
En général le vététiste débutant s'équilibre sur 3 appuis : sa jambe droite et ses deux mains. Son poids est essentiellement réparti sur sa jambe droite (base de sustentation réduite). Par conséquent, ses déplacements sur le VTT pour corriger sa position sont limités : il est bloqué.

En fin d'étape 1, le vététiste s'équilibre sur 4 appuis (2 jambes et 2 bras) et le poids du corps est réparti uniformément sur les deux pédales. Il fait corps avec le VTT et il peut décider de la répartition de son poids de corps à tout instant. "Manivelles horizontales (pieds à la même hauteur) " devient un critère d'observation et d'efficacité pour les élèves et pour l'enseignant dans tout passage technique.

EN MONTÉE, S'AVANCER SUR LA SELLE ET SE PLACER PRÈS DU GUIDON
En montée, le vététiste doit s'avancer sur la selle et se placer près du guidon. En répartissant ainsi uniformément le poids du corps sur les deux roues, il maintient sa propulsion et peut poursuivre son déplacement, sa roue avant restant en contact avec le sol. Sur des pourcentages important le vététiste doit quitter la selle et se placer très près du guidon : c'est la "danseuse plaquée"

EN DESCENTE, SE METTRE DEBOUT SUR LES PÉDALES, BASSIN PLACÉ EN ARRIERE DE LA SELLE
En descente, le vététiste se met debout sur les pédales, bassin placé en arrière de la selle. En répartissant ainsi uniformément le poids du corps sur les deux roues, il conserve une capacité de freinage nécessaire sur sa roue arrière, préserve son équilibre et s'engage en minimisant les risques de chute vers l'avant

CONSIGNES DE SÉCURITÉ :
le vététiste veillera à respecter les règles de sécurité suivantes :
- Tant que l'on n'est pas arrêté, on n'enlève pas les pieds des pédales.
- Ne jamais venir s'asseoir sur le cadre.
- Appuyer fort sur les pédales (talons bas).
- Ventre en contact avec la selle, dans les pentes très fortes.
- Utiliser ses deux freins.
Dans les premiers temps d'apprentissage, il est recommandé d'effectuer cette position à l'aide d'une parade :
- Maintien de la selle par derrière.
- Maintien de 3/4 face au niveau des épaules.

UTILISER LES 2 FREINS SANS JAMAIS BLOQUER LA ROUE AVANT
Afin de répartir et d'équilibrer le freinage, agir avec douceur sur les leviers. Pour se faire utiliser 2 doigts (index et majeur) sur les leviers les 2 autour doigts serrant bien la poignée

CHOISIR UN VTT À SA TAILLE
Pour choisir un VTT à sa taille, il faut enfourcher le cadre avec les pieds à plat au sol et obtenir un écart de 5 à 8 cm entre l'entrejambes et le tube supérieur du cadre. De manière plus scientifique : mesurer l'entre jambe et multiplier par 0,56 et vous obtiendrez la longueur du tube diagonal de l'axe du pédalier au point d'intersection avec le tube horizontal et les haubans.


RÉGLER LA HAUTEUR DE LA SELLE

Pour régler sa hauteur de selle, il faut placer le talon sur la pédale, manivelle en bas et avoir la jambe tendue. A partir de cette position, il faut amener la selle en contact avec l'entre jambes pour le cross-country. On abaisse la selle de 5 cm environ pour la descente et de 7 cm environ pour le trial. Pour ajuster de manière plus fine la hauteur de la selle multiplier l'entre jambe par 0,85 et vous obtiendrez la distance sommet de la selle/axe du pédalier.

IDENTIFIER LES ÉLÉMENTS ESSENTIELS DU VTT
Un VTT est constitué de 5 groupes composés d'éléments appeler "périphériques" :
LA DIRECTION :
La fourche
Le jeu de direction
La potence
Le ceintre

LE FREINAGE
Les deux leviers de frein
Les câbles et gaines de frein
Les étriers
Les patins

LA TRANSMISSION
Les pédales
Les manivelles
Le boîtier de pédalier
La chaîne
Les trois plateaux
Les dérailleurs avant et arrière
Les manettes droite et gauche de dérailleur
La cassette de sept à neuf pignons

LE CADRE
On dissocie deux triangles sur le cadre :
le triangle avant et le triangle arrière.
Le triangle avant est composé :
du tube horizontal
du tube de direction
du tube diagonal
du tube de selle

Le triangle arrière est composé :
du tube de selle
des haubans
des bases

LA ROUE
Le moyeu
Les rayons
La jante
Le pneu et sa chambre à air

BRAQUET
On entend par braquet la mise en relation du nombre de dents du plateau avec le nombre de dents du pignon. Exemple : "36 x 24"

DÉVELOPPEMENT
C'est la distance parcourue par la VTT pour un tour de pédalier pour un braquet donné. Exemple pour un braquet de "36 x 24" avec des roues de 60 cm de diamètre cela donne : (36 : 24) x 3,14 x 0,6 m = 2,82 m.

UTILISER LES DÉRAILLEURS AVANT ET ARRIÈRE SANS CROISER LA CHAÎNE
Ne pas croiser la chaîne permet d'économiser le matériel et ses efforts. Ainsi pour chaque plateau correspond un éventail possible de pignons à utiliser. Pour une cassette à 7 pignons, 15 combinaisons sont utiles sur les 21 théoriques.

EN VIRAGE, LEVER LA PÉDALE INTÉRIEURE
Afin de conserver un bon équilibre, d'éviter de toucher le sol avec le pied intérieur et appuyer sur la pédale extérieure.

CABRER LA ROUE AVANT POUR FRANCHIR UN OBSTACLE
Partir en légère flexion au niveau des bras et des jambes. Ensuite, trois actions se combinent : traction des bras sur le guidon, recul des épaules et poussée des jambes. En conséquence, le VTT se cabre. L'objectif est d'amener la projection du centre de gravité de l'ensemble corps-VTT proche du point de contact de la roue arrière avec le sol.

DOSER SON FREINAGE : "1/3 AVANT, 2/3 ARRIÈRE"
Pour la sécurité, le vététiste doit avoir une action plus franche (2/3) sur le frein arrière, que sur le frein avant (1/3). Il évite ainsi le blocage de la roue avant, donc la chute. La consigne "1/3 - 2/3" est donc à envisager sous l'aspect des intentions à demander au vététiste.
Par contre, il faut dissocier les intentions demandées à l'élève et l'efficacité du freinage. Dans tout freinage, il y a un transfert des masses vers l'avant. Pour éviter celui-ci et pour garder une efficacité de freinage répartie sur les deux roues, le vététiste devra freiner bras tendus et charger son poids du corps sur la roue arrière.

 

UTILISER LE RELIEF ET LES OBSTACLES FAVORISANT LA PROGRESSION
Dans un goulet, le vététiste pour tourner à droite, monte sur l'appui à gauche. Il utilise donc le virage relevé naturel afin d'adopter une trajectoire fluide (pas d'angle vif sur sa trajectoire)... et économique (freinage réduit, vitesse conservée, relance minimale).

ENTRER LARGE DANS LES VIRAGES POUR ENSUITE SERRER LA CORDE
Le vététiste anticipe sa trajectoire et élargit son entrée de virage. Grâce à son entrée de virage large et anticipée, il peut prendre la corde du virage.


Lorsqu'il a terminé son virage, il peut déjà s'organiser par rapport à la difficulté suivante.

BUNNY-UP
Le bunny-up ou saut de lapin est un saut vertical déclenché par le pilote sans l'aide du relief ou d'obstacles naturels, permettant de franchir un obstacle sans perdre de vitesse. C'est aussi une technique de sécurité qui permet d'éviter des obstacles imprévus de dernière minute. Le vététiste se prépare à prendre son impulsion. Il s'abaisse sur le VTT :
C'est la mise en tension.
Il se détend vers le haut et reprend les actions lui permettant de cabrer sa roue avant : C'est le renvoi.
Au point haut de la trajectoire, il y a flexion des jambes pour franchir l'obstacle.
Sans pédales automatiques, ce geste se réalise manivelles horizontales en positionnant le pied arrière proche de la verticale de façon à pouvoir tirer la pédale et le VTT vers le haut. L'obstacle franchi, le vététiste s'organise pour amortir sa réception par une légère extension.

EN VIRAGE, APPUYER SUR LA PÉDALE EXTÉRIEURE EN POSITION BASSE, EN MAINTENANT UNE CERTAINE PRESSION SUR LE GUIDON
Dans ce passage à vitesse élevée et afin de conserver l'adhérence sur les roues avant et arrière, le vététiste doit répartir les pressions sur le VTT. L'adhérence de la roue arrière est maintenue par la pression de la jambe gauche sur la pédale extérieure placée en bas.
Il maintient l'adhérence de la roue avant en rapprochant le buste du guidon et en exerçant une pression avec les mains, coudes en bas.

ENGAGER SES ÉPAULES DANS LES VIRAGES
Dans ce virage à 180° en dévers, l'élève commence à tourner le haut du corps dans le sens du virage. L'élève porte le regard sur la fin du virage. Il y a une dissociation de l'axe des épaules et de l'axe des mains

DÉRAPER DE LA ROUE ARRIÈRE
Dans un virage en descente, le vététiste doit rester à l'intérieur du balisage. On lui demande d'effectuer un dérapage pour amorcer son virage. Tout en maintenant sa trajectoire et son équilibre, il doit placer sa roue avant à droite et laisser déraper sa roue arrière à gauche. Le vététiste freine de l'arrière et se déhanche pour amorcer le dérapage de la roue arrière. Les roues commencent à se désaxer. Le trajet et l'orientation des deux roues sont vraiment dissociés : il y a contre-braquage. Le dérapage est ici maximum. Le vététiste maintient une pression dirigée vers l'extérieur du virage à l'aide de sa jambe arrière. Le contrôle de l'adhérence et du dérapage est plus efficace lorsque la jambe arrière est à l'extérieur. Le vététiste relâche la pression sur les freins. Il redresse le VTT et corrige le contre-braquage. Il peut terminer son virage.

Xavier BUFFET   

 
Présentation | Histoire | Règlementation | Enfants | S'équiper | Portrait | Technique | Boutique VTT | Topos

 

Consultez nos autres guides pratiques...

ETE   HIVER
Randonnée Via Ferrata Ski alpin
VTT Voile / Funboard Ski de fond
Alpinisme Rafting Raquettes
Escalade Canoë Kayak Ski de rando
Canyoning Parachutisme Cascades de glace
Nage en eaux vives Parapente  Snowboard
Course d'orientation Pêche  
Spéléologie Randonnée animaux  

 
   
Copyright 2001-2013 - Alpesguide - Tél : 04 92 43 27 27 - info@alpes-guide.com