Sports et loisirs Nature | Topos | Destinations | Thèmes | Hébergements et séjours
Stations de ski | Annuaire | Plein les yeux | Agenda 05 | Webcams | Comment venir | Boutique

  




 
Présentation | Histoire | Règlementation | Conseils de Pro | Enfants | Se préparer | S'équiper | S'informer | Jargon | Portrait | Technique | Boutique Cascades de glace

 


Un brin d'histoire...

 

Histoire des cascades de glace Histoire du cramponnage


A partir des années 70 on peut véritablement parler d'escalade sur cascades de glace.
J.Cunningham (Ecosse), J.Bouchard, Y.Chouinard, G.Lowe, J.Lowe (Etats -Unis), D.Julien, R.Munsch, P.Gabarrou, J-M.Boivin (France), A.Mc-Intyre, J.Colton (Angleterre), J-C.Grassi (Italie), sont les précurseurs de cette activité, utilisant toute leur expérience de l'alpinisme extrême.

A la fin des années 70 et au début des années 80, c'est aux spécialistes de l'activité que l'on doit l'explosion de la pratique: "cascade de glace".
D.Julien, P.Sombardier, G.Modica, G.Perroux, J-M.Troussier (France), G.Comino, J-C.Grassi (Italie), Piola, P-A.Steiner (Suisse), entreprennent de visiter toutes les vallées les plus reculées en périphérie des massifs alpins, afin d'y gravir les cascades de glace les plus évidentes (Les difficultés dépassaient tout juste le grade 5 et les grimpeurs restaient longés à leurs piolets).
Inutile de préciser que anglais et écossais agissent de même de leur côté et les canadiens et américains (B.Blanchard, k.Doyle, Jeff Marshall, J.Bouchard, J.Lowe) prennent à cette époque quelque longueurs d'avance (apparition du grade 6 en technique : "libre", c'est à dire sans aide ni point de repos sur les broches et sans longes reliant les engins au baudrier).

C'est à la fin des années 80 et au début des années 90 que des grimpeurs comme : J.Lowe, J.Josephson, B.Hendrix (Amérique), F.Damilano, T.Renaud, R.Ouairy (France), E.Marlié, M.Gallo (Italie), dans la continuité du mouvement américain poussent très loin les limites de l'escalade en glace essayant d'y associer un style et une philosophie particulière, souhaitant ainsi créer une activité à part entière.

La fin des années 90 marque à nouveau un tournant dans l'évolution de la cascade. Les meilleurs grimpeurs ont pris conscience (à travers les différents accidents qu'ils ont subit) que si le niveau technique n'a pas de limites, le support, lui, en possède.
Le poids ou les frappes des grimpeurs font écrouler les structures fragiles et c'est à cette époque qu'est né le mixte extrême dans lequel on trouve de plus en plus de protections placées à demeure dans le rocher (type spits ou goujons). Ces protections solides permettent de pousser les limites techniques beaucoup plus loin. Le plus haut niveau technique en glace pure se situe aux environs du 7+/8 et le plus haut niveau en mixte est aujourd'hui le M12.

Aujourd'hui, la cascade de glace devient une pratique de masse et un passage quasi-obligé pour les apprentis alpinistes. Les derniers itinéraires les plus extrêmes dans lesquels l'escalade mixte prédomine, témoignent de l'évidente corrélation avec l'alpinisme. On retrouve d'ailleurs au plus haut niveau en cascade de glace, les meilleurs alpinistes mondiaux.

 

DE 1910 à 1940 : L'ère des faces nord

1908 : Oscar ECKEINSTEIN invente le crampon à 10 pointes.
Cette innovation ne fut pas accueillie avec joie à l'époque. On l'accusa même de manque de sportivité à l'égard de la montagne.

Eckeinstein inventa même une méthode de progression pieds à plat qui deviendra plus tard la "méthode française".

L'invention des crampons permit la conquête de la plupart des grands faces nord.

 

Entre 1915 et 1932 :

Hans LAUPER gravit une vingtaine de premières dont les faces nord du Karmn, Munch, Youngfrau et la face est de l'Eiger.


1926 : LAGARDE ,SEGOGNE et LEPINEY gravissent la face nord de l'aiguille du Plan (Suite à une erreur d'itinéraire, et leurs crampons ne possédant pas de pointes avant, ils furent obligés de tailler des centaines de marches avec des encoches pour les genoux...)

1928 : Armand CHARLET : le Nan blanc à l'aiguille verte.(Il fut le leader incontesté des glaciairistes Français jusqu'à la fin des années 40. Il poussa jusqu' au paroxisme la méthode de cramponnage pieds à plats, ou méthode Française. Cette méthode est appelée actuellement: La technique Charlet.)

1931 : - Les frères SHMID : la face nord du Cervin (exploit incontesté pour l'époque).

- WILLO WELZENBACH gravit la face nord des grands Charmoz
(Il fut sans conteste le "petit génie" de cette époque des faces nord)

1932 : - Laurent GRIVEL invente les pointes avant sur les crampons mais l'utilisation systématique de ces pointes ne se fera que bien plus tard.

- WILLO WELZENBACH réussi la Face nord du Grosshorn, où il tailla quelques milliers de marche.

(L'ère des faces nord fut aussi l'ère de la taille de marche)


1936 : - Heckmair, Harrer, Vorg, et Kasparek gravissent la face nord de l'Eiger.


1938 : - Riccardo CASSIN réussit l'ascension de l'éperon Walker à la face nord des Grandes Jorasses.(Ne connaissant pas le massif du Mont Blanc, on raconte que celui-ci se trompa de vallée, et qu'il se fit indiquer la bonne route pour rejoindre la face, par des alpinistes locaux...)


1943 : Lionel TERRAY gravit le couloir nord du Col du Diable en utilisant les pointes avant mais dans des pentes n'excédant pas 45° d'inclinaison. Il raconte dans son livre "Les Conquérants de l'inutile", à quel point cette méthode était réservée uniquement à quelques grimpeurs d'exception.


Les années 1950/60

Les années 1950 et 1960 furent marquées par l'activité dominante des Ecossais en escalade hivernale et principalement dans les couloirs glacés et enneigés du Ben Nevis, ainsi que par l'ouverture d'itinéraire nouveaux et difficiles dans les grandes faces nord des Alpes par les grimpeurs européens.

Les écossais servirent de détonateur et de fer de lance de l'activité glace grâce à un club qui s'était donné pour mission de pratiquer principalement l'alpinisme hivernal.

Tom PATEY fut certainement en Ecosse l'homme des années 50. Puis suivit un petit génie Jimmy MARSHALL.


1957 : Tom PATEY gravit le Zero Gully au Ben Nevis en 5 heures avec Graeme NICOL et Mac INNES ainsi qu'une multitude d'ascensions solitaires.

1959 : Jimmy MARSHALL fit l'ascension du Parallel B gully au Lochnagar, et du Smith's Gully au Creag Meaghaidh.(Il domina entièrement l'alpinisme hivernal des années 60 en Ecosse)

1960 : MARSHALL et SMITH ROBIN ouvrirent plusieurs itinéraires de grande classe au Ben Nevis dans un style nouveau et avec l'utilisation des pointes avant qui permettaient de grimper beaucoup plus rapidement.

Malgré tout les pointes avant n'étaient utilisées sans tailler de marche que pour de courts passages.
Parallèlement à cette activité écossaise, l'Europe ne se laissait pas aller et c'est au cours des années 50 et 60 que les grands itinéraires glaciaires des Alpes furent ouverts.

 

1965 : CORNUAU et DAVAILLE gravissent la face nord des droites en 5 jours.

- Au début des années 1960 , Erich Friedli (Suisse) répéta toutes les ascensions de Welzenbach dans l'Oberland et gravit une série de faces de glace en solitaire dans les Alpes orientales, à l'aide d'un poignard à glace dans chaque main.

1968 : DESMAISON -FLEMATTI , le linceul aux Jorasses en 11 jours…

1969 : Ascension en solo de la voie Davaille aux Droites par Reinhold MESSNER en 9 heures.

 

Les années 70


1971 : Voie CECCHINEL NOMINE au Pilier d'Angle qui devint la voie de référence en glace de l'époque.

Les années 70 marquèrent réellement la fin de l'époque de la taille de marche et l'utilisation systématique des pointes avant dans les parties raides ainsi qu'une nouveauté non négligeable : le piolet traction .
Si Walter CECCHINEL , le français en vogue dans ces années-là, n'en fut pas réellement l'inventeur, il fut certainement celui qui en systématisa la pratique.


Entre les français qui, très fiers de leur méthode "pieds à plat", n'en démordaient pas d'un pouce, et les Allemands qui utilisaient la technique des pointes avant quelle que soit l'inclinaison de la pente , on ne trouva guère de terrain d'entente. Le résultat devint tout naturellement un composé des deux méthodes qui nous paraît aujourd'hui parfaitement logique. Quoiqu'il en soit, toute période de crise fait naître beaucoup de choses positives, et la technique d'escalade sur glace effectue un gigantesque bond en avant.


Christophe Moulin   

 
Présentation | Histoire | Règlementation | Conseils de Pro | Enfants | Se préparer | S'équiper | S'informer | Jargon | Portrait | Technique | Boutique Cascades de glace

 

Consultez nos autres guides pratiques...

ETE   HIVER
Randonnée Via Ferrata Ski alpin
VTT Voile / Funboard Ski de fond
Alpinisme Rafting Raquettes
Escalade Canoë Kayak Ski de rando
Canyoning Parachutisme Cascades de glace
Nage en eaux vives Parapente  Snowboard
Course d'orientation Pêche  
Spéléologie Randonnée animaux  

 
   
Copyright 2001-2013 - Alpesguide - Tél : 04 92 43 27 27 - info@alpes-guide.com