Sports et loisirs Nature | Topos | Destinations | Thèmes | Hébergements et séjours
Stations de ski | Annuaire | Plein les yeux | Agenda 05 | Webcams | Comment venir | Boutique

  




 
Prestataires | Présentation | Conseils de Pro | S'équiper | S'informer | Portrait | Technique

 


Technique de Canoë Kayak


P
rincipes de navigation

Où débuter en kayak ?

Si vous n'avez jamais pratiqué, adressez-vous à une école de pagaie et à des professionnels qui sauront vous conseiller, orienter votre apprentissage et éviter les débuts dans la douleur. Vous partirez ainsi sur de bonnes bases.



Un peu de mécanique

1 - Le bateau

Le bateau se meut toujours selon un des trois axes qui régissent ses mouvements.
- Axe longitudinal :
Le long de cet axe, le bateau avance et recule. Autour de lui, il roule, s'incline ou "gîte", voire même chavire ou "dessale". C'est la notion d'équilibre du bateau liée à deux forces opposées, la gravité et la poussée d'Archimède.
- Axe transversal :
Le long de cet axe, le bateau se déplace latéralement. Autour de lui, il tangue ou "tasse" ou "déjauge". Les mouvements autour de cet axe sont plus utilisés dans les phases de perfectionnement.
- Axe vertical :
Autour de cet axe, le bateau tourne. C'est l'axe des girations. Le débutant distinguera deux zones stratégiques d'action : l'avant qui est utilisé à des fins de propulsion et l'arrière qui est utilisé pour des corrections directionnelles.

2 - La pagaie

Le pagayeur est solidaire du bateau par ses calages. Toute force appliquée aux calages est transmise au bateau. Le pagayeur tire sur sa pagaie et par la même tire le bateau.
Toute action sur la pagaie active (action du pagayeur) ou passive (action du courant) entraîne une réaction du bloc pagayeur - bateau.
Le point d'appui de la pagaie sur l'eau est fuyant mais la résistance du bateau au glissement est moindre. C'est donc ce dernier qui se déplace vers la pagaie ou autour de la pagaie. La pagaie permet de réaliser un appui dans l'eau utilisé par le pagayeur pour transmettre une force au bateau. "La pale de la pagaie est considérée comme un point fixe à partir duquel le pagayeur pousse ou tire son canot par l'intermédiaire du manche et de son corps qui servent de bras de levier" (classe IV).
L'appui est obtenu :
- En poussant sur le fond de la rivière.
- En plaçant la pale perpendiculairement au sens de l'action que le pagayeur exerce sur elle.
La pagaie sera alors considérée comme un moteur orientable, "Propulsion orientée" :
- Action de tirer ou de pousser le bateau en plaçant la pagaie avec une incidence qui permet au filet d'eau de s'écouler contre la pale. La variation et le placement de cette incidence de pale permettent aux filets d'eau d'exercer un effet de portance contre elle et, ainsi, de modifier une direction ou de conduire le bateau (limiter le dérapage) sur une trajectoire courbe.

3 - Le pagayeur

Adopter une bonne position dès le départ dans son bateau, c'est un gage de disponibilité, de relâchement, de bonne transmission des appuis et des forces exercées sur le milieu et sur l'embarcation.
Se caler dans le bateau. Serré mais pas trop !
- Les hanches doivent être en contact avec les bords verticaux du siège (calages latéraux).
- Le bas du dos et les fesses en appui contre le siège (siège ergo, dosseret).
- Le buste doit être penché en avant de quelques degrés.
- Les pieds contre les cales pieds avec les cuisses écartées contre le pont de part et d'autre de l'hiloire.
Trois points d'appuis sont à respecter en kayak : pieds - cuisses - siège.
Trois points d'appui sont à respecter avec le siège : fesses - hanches - bas du dos.
Du comportement du pagayeur dépendra la transmission de l'appui. Calage - Mobilisation musculaire - Dynamisme.

4 - Le milieu

Le pagayeur lors de son évolution tiendra compte de tous les paramètres extérieurs intervenant dans sa navigation.
Le vent peut exercer une pression sur le bateau et influer sur la conduite d'une direction (en phase d'apprentissage sur plan d'eau en règle générale).
Un fort vent à tendance à faire tourner le bateau face au vent. Les débutants éprouveront moins de difficultés pour aller droit lorsqu'ils seront face à celui-ci. Veillez à ce que le vent ne fasse pas dériver les pagayeurs trop loin.
Se regrouper dans des endroits abrités et judicieusement placés.

• Le Champ de force en eau vive
Il représente l'ensemble des forces intervenant dans la navigation en eau vive :

  - Le courant dont la force est liée à trois paramètres :
- Le dénivelé.
- Le volume ou quantité d'eau en mouvement exprimé en mètre cube par seconde.
- La vitesse de défilement de l'eau.

• L'orientation du courant :
En règle générale l'orientation du courant correspond à l'axe longitudinal du lit de la rivière.
Les filets d'eau peuvent varier d'orientation par rapport au courant principal à l'abord des virages, à la rencontre d'un obstacle (bourrelet, déflecteurs, courant latéral…), derrière un obstacle où l'inversion du courant peut être complète "contre courant".


• Le relief :
On appelle relief l'ensemble des mouvements d'eau liés aux variations de hauteur : les vagues (avec des profils très variés), les rouleaux, les portefeuilles (zones de cisaillement à la rencontre de 2 courants), les rappels qui ramènent de façon continue vers la chute tout objet flottant (Danger Mortel !), les champignons, les marmites, les chutes, les seuils, les marches, les entonnoirs…

• Naviguer dans un champ de forces c'est :

  - Etre capable de lire la rivière en analysant ce champ de forces (connaissance du milieu liée au vécu).
- Faire un projet de déplacement sur l'eau : "je veux traverser la rivière !", "je veux passer ce rapide !" en fonction des obstacles et du champ de forces (placement, vitesse, gîte, assiette).
- Ce projet est-il envisageable en fonction de mes compétences ?
- Suis-je apte à gérer les tâches de propulsion, d'orientation et d'équilibre indispensable à toutes évolutions.

5 - Quelques situations

- Comment tenir sa pagaie ?
Pour les pales croisées, la main droite tient la pagaie durant les manœuvres. La main gauche laisse pivoter la pagaie dans la main. L'écartement des mains sur le manche de la pagaie est légèrement supérieur à la largeur des épaules.

- Comment pagayer ?
Vérifier la prise des mains sur la pagaie (équilibre des mains de chaque coté des pales, angulation de la pale par rapport à la main fixe).
Ne pas donner trop de vitesse au bateau, pagayer doucement sur l'avant en anticipant les départs de dérapage du bateau (action de correction sur l'arrière).
Essayer d'attaquer l'eau bras inférieur tendu, épaule avancée, buste légèrement en rotation.
Lors de la passée dans l'eau, agir sur la pagaie par une poussée de l'épaule et du bras supérieur, une traction de la main inférieure accompagnée par une rotation du buste.
En fin de mouvement le bras supérieur est tendu vers l'avant. Une flexion du bras inférieur permet la dégagée.
Regarder loin devant.
A éviter :
Croiser la main supérieure au-dessus de l'axe du bateau.
Soulever de l'eau (éclaboussures).
Avoir les mains trop crispées sur le manche de la pagaie.
Faire pivoter la main droite lors des manœuvres.
Pagayer derrière le siège.

- Comment s'équilibrer ?
Choisir un bateau stable.
Débuter en plan d'eau.
Conserver son action de propulsion pour ne pas rompre son équilibre.
Introduire des actions d'équilibration à l'arrêt, puis à faible vitesse.
Contrôler les variations de gîte avec le bas du corps (fesses, hanches, cuisses, pieds).
Introduire des variations de gîte à faible vitesse sans utiliser la pagaie puis en maintenant la propulsion "Actions dissociées".

- Comment s'orienter ?
Avoir toujours un projet de trajectoire : "je traverse le lac pour aller vers les roseaux", "je passe à droite de la pile de pont", "je longe la rive"…
Eventuellement aménager le milieu (portes, jeux de balle, bouées…).
Essayer de passer d'un contrôle visuel de la propulsion à un contrôle visuel de la trajectoire.
Regarder loin devant !
Vous passerez par des taches successives de propulsion et de correction puis par l'intégration de la conduite dans la propulsion.
Les actions de corrections du débutant :
- Action de gouvernail de la pagaie par écart opposé au sens de rotation "mon bateau tourne à droite, je redresse par un écart (ou marche arrière) à gauche".
- Action d'appel sur l'arrière du coté de la rotation "mon bateau tourne à gauche, je tiens l'arrière du coté gauche".

- Comment aborder la rivière ?
Choix du terrain
Choisir une rivière ou un courant lisse de faible vitesse ayant des zones de contres courants larges sans obstacles (rochers, branches, drossages…).
Résoudre sur le plat les problèmes d'orientation, d'équilibration, de propulsion suivants :
- Etre capable de maintenir une gîte intérieure constante lors du dérapage du bateau.
- Etre capable de faire varier le rayon de rotation par des actions de propulsion à l'intérieur du virage.

- Comment rentrer et sortir du courant ?
Apprendre à lire la rivière avec ses différents courants.
Ne pas chercher au début à rentrer face au courant mais plutôt la pointe avant du bateau orientée vers l'aval.
Respectez les consignes de sécurité.

Apprendre progressivement à prendre en compte en fonction des courants, les 3 notions fondamentales : Vitesse, Angle et Gîte du bateau pour vos déplacements.

Jean SENNELIER   

 
Prestataires | Présentation | Conseils de Pro | S'équiper | S'informer | Portrait | Technique

 

Consultez nos autres guides pratiques...

ETE   HIVER
Randonnée Via Ferrata Ski alpin
VTT Voile / Funboard Ski de fond
Alpinisme Rafting Raquettes
Escalade Canoë Kayak Ski de rando
Canyoning Parachutisme Cascades de glace
Nage en eaux vives Parapente  Snowboard
Course d'orientation Pêche  
Spéléologie Randonnée animaux  

 
   
Copyright 2001-2013 - Alpesguide - Tél : 04 92 43 27 27 - info@alpes-guide.com