L'Abbé François Pascal - Epine (l') :: Alpes Guide - Les Hautes-Alpes
 
Sports et loisirs Nature | Topos | Destinations | Thèmes | Hébergements et séjours
Stations de ski | Annuaire | Plein les yeux | Agenda 05 | Webcams | Comment venir | Boutique

  




   
   
  L'Abbé François Pascal
Commune de Epine (l')

En partenariat avec : CAUE des Hautes-Alpes




 On ne peut quitter l'Epine sans évoquer la mémoire de l'abbé François Pascal, dont la maison natale du XVIIIe figure toujours au village. L'abbé Pascal fut un célèbre félibre Haut-Alpin du XIXe siècle et un formidable auteur et traducteur provençal, dans la lignée de Frédéric Mistral.

"C'est à l'épine que je suis né, au milieu de mai 1848, alors que sur les champs il y avait tant de fleurs et tant d'enthousiasme dans les poitrines". C'est ainsi que l'Abbé Pascal parlait de sa naissance dans l'un de ses ouvrages. Fils de paysans, il était considéré au cours de son adolescence comme un élève éveillé et intelligent. Tombé malade à l'âge de 12 ans, il abandonna ses études et ses livres pour devenir pâtre. A 16 ans, il ne savait quasiment plus lire mais conservait néanmoins une profonde passion pour la poésie. Par la suite, il quitta ses troupeaux et repris ses études auprès du curé de Méreuil, avant d'entrer en 3e au petit séminaire d'Embrun. C'est là qu'il signera une première oeuvre en prose lyrique sur la Pologne. Entré au séminaire de Gap en 1869, il est ordonné prêtre en 1873, tandis que son caractère se développe et s'affirme. Curé au château d'Ancelle en 1874, il y composa une pastorale de Noël en langue provençale en 1877. Une oeuvre qui recueillera un formidable succès auprès de la population. Nommé vicaire de la cathédrale de Gap, il commence à rédiger plusieurs textes en langue d'Oc puis un jour de 1879, publie anonymement un livre dans cette langue et intitulé "Lania Dou Pais" (la nichée du pays). Mais l'anonymat est vite levé. L'oeuvre lui vaudra d'ailleurs par la suite, les félicitations de Frédéric Mistral qui lui écrira : "C'est vigoureux et gai comme le sang gaulois... Vous connaissez bien votre langue, vous en avez le génie et les tournures propres". Sa popularité franchit alors les frontières et émeut les félibres de Forcalquier. Invité en 1880 dans cette localité (haut-lieu de la littérature provençale), l'abbé Pascal découvre pour la première fois la Provence et reçoit un accueil chaleureux. L'année suivante, il rencontra Mistral à Toulon lors d'un rassemblement, puis revient à Gap pour fonder l'Ecole de la Mountagno. Elu à Marseille, Majoral du Félibrige, il poursuivit on oeuvre littéraire et reçut à Gap lors d'un congrès annuel des félibres de Provence en 1886, Mistral, Roumanille, Paul Arène, etc.. De 1891 à 1895, l'abbé écrira 9 chants de l'Illiade, en 1904, un recueil de contes de veillées (ce dernier le classant définitivement parmi les grands de la littérature d'Oc). Patriote convaincu, il signera pendant la guerre de 14/18 plusieurs poèmes sur la guerre et en 1926, un ultime livre intitulé "Deux poésies nouvelles". L'abbé Pascal mourra en 1932. Il demeure aujourd'hui encore une grande figure des Hautes-Alpes au même titre que le mathématicien de Briançon Oronce Fine, le philosophe Gassendi ou le botaniste gapençais Dominique Villars.

 
 

 

 


 
   
Copyright 2001-2013 - Alpesguide - Tél : 04 92 43 27 27 - info@alpes-guide.com